Des insectes au menu!

Article rédigé par Myriam Khelifi

Près de 2000 espèces différentes d’insectes sont répandues dans le monde entier. Celles-ci sont déjà consommées par des millions d’humains sur la planète. Que ce soit en Afrique, en Asie, en Océanie ou en Amérique du Sud, les insectes constituent les plats favoris de plusieurs d’entre eux. Mais pourquoi refuse-t-on d’en manger en Amérique du Nord ou en Europe? De toute évidence, leur consommation est bien plus bénéfique pour l’être humain et l’environnement que l’on pourrait le penser. Voici pourquoi.

DÉFINITION: L’entomophagie. «Régime alimentaire de l’être humain qui se nourrit d’insectes», tirée de Reverso. 

Premièrement, les insectes sont très nutritifs. En effet, on y retrouve en tout 22 acides aminés (molécules qui forment les protéines) ainsi que de multiples minéraux tels que du calcium, du zinc, du potassium et du phosphore. En outre, lorsque nous comparons une poitrine de poulet à un grillon, le résultat est plutôt positif pour la petite bête: on y retrouve 52% de protéines essentielles contre 26% pour le morceau de poulet.  D’ailleurs, la farine d’insectes est beaucoup plus faible en gras trans et saturés que celle de blé. Intéressant, non?

primal-future-2863077_960_720.jpg

Deuxièmement, l’entomophagie permet de créer un développement durable autour de notre alimentation. Effectivement, l’élevage des porcs, des volailles et des bovins constitue une menace pour l’environnement. Selon la FAO, l’élevage de ces animaux représente 18% de tous les gaz à effet de serre (GES) émis dans le monde, c’est-à-dire 9% des émissions totales de dioxyde de carbone (CO2) et 37% de celles de méthane (un GES 20 fois plus puissant que son homologue). De plus, il faut non seulement leur procurer de l’espace considérable, mais il faut également les nourrir et les abreuver, ce qui signifie, ultimement, plus d’eau et de terres agricoles. Oups…

Mais ce n’est pas tout. Les insectes sont une excellente façon de faire tourner notre économie. En réalité, ces petites bêtes sont parmi les seuls êtres vivants à se nourrir de tout et n’importe quoi, ce qui veut dire qu’elles permettent de réduire le gaspillage alimentaire. Il est donc possible de produire de la nourriture (les insectes) à partir déchets issus de la production des aliments.

Finalement, les insectes, contre toute attente, sont généralement excellents au goût! Je peux parler d’une expérience personnelle où j’avais consommé quelques grillons… Au départ, bien évidemment, j’étais réticente à y goûter. Puis, en me disant «Tu n’as rien à perdre», j’ai mis l’insecte dans ma bouche. Résultat: j’ai adoré ce petit grillon grillé!

Et comme tout aliment, il est possible de valoriser leur goût en ajoutant des épices ou en les mélangeant à d’autres repas. Il vaut mieux y goûter avant de déclarer que l’on «aime pas ça.»

Eduardo Acosta Blanco, chef du restaurant Caifan, affirme que « le dédain des insectes est à 99 % psychologique. » 

Bref, la consommation de ces petites bêtes sont nécessaires si l’on veut réduire notre empreinte carbone considérablement. Scarabées, grillons, fourmis, abeilles… Le choix est infini! Seriez-vous prêts à en consommer?


SOURCES (en ordre alphabétique d’auteurs):

Capture d’écran 2019-04-08 à 17.54.18.png

Les images sont libres de droits.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s